L’industrie bijoutière n’a plus besoin de l’Or minier !

Les chiffres parlent d’eux-mêmes. Le World Gold Council, le syndicat des grands groupes miniers aurifères, vient de publier les statistiques 2009 et celles-ci sont éloquentes pour ce qui est du recyclage du plus prisé des métaux précieux.

À l’échelle planétaire, en 2009, le recyclage des stocks d’Or existants, en majorité des bijoux, a pratiquement égalé la demande d’or de l’industrie bijoutière ! On a fondu et affiné en 2009 près de 1 700 tonnes d’or, en majorité de vieux bijoux, et la fabrication de nouveaux bijoux a quant à elle absorbée un peu plus de 1 750 tonnes d’or. Le taux de couverture de l’industrie bijoutière mondiale par le recyclage se situe donc à plus de 95 % !

Plus éloquent encore. En Europe, ce taux a dépassé les 100 % pour atteindre 135 % ! En effet, selon les statistiques, il s’est recyclé 270 tonnes d’Or alors que la consommation bijoutière du continent n’a pas excédé 200 tonnes ! L’Europe n’a donc plus besoin d’Or minier pour s’approvisionner en bijoux. Le recyclage est suffisant pour satisfaire les besoins du vieux continent.

Les stocks de bijoux qui représentent plus de 30 années de production minière (voir billet du 11 avril 2010), sont donc devenus la nouvelle mine d’Or du XXIe siècle dont l’exploitation est devenue rentable grâce à l’effet combiné d’un prix historiquement au plus haut, d’une crise économique aigüe et de l’apparition de nouvelles filières de vente beaucoup plus accessibles et directes comme l’est le service proposé par Gold by Gold.pirate ship jumper

L’autosuffisance de l’industrie bijoutière n’est donc plus un objectif pour les défenseurs de l’environnement, mais un fait !

Alors, la question qui se pose est : Pourquoi poursuivre l’extraction aurifère si cette industrie a un impact environnemental très élevé, que l’Or n’est pas indispensable à notre vie et que la demande bijoutière peut très bien être satisfaite par les stocks d’Or existants qui représentent fin 2009 près de 65 années de production minière ?

Pour moi, la réponse est simple. L’extraction minière n’est justifiée que si elle est porteuse de développement local et d’une juste redistribution des revenus engendrés à l’image de ce que l’Ouest américain, le Canada et l’Australie ont pu connaître il y a plus de 150 années. Elle est également justifiée dans le cas de l’extraction aurifère artisanale qui fait vivre plus de 60 millions de personnes dans le monde en ne fournissant que 10 à 15 % de l’offre minière mondiale.
Bonne semaine.

Patrick Schein
Président fondateur de Gold by Gold

  • Share/Bookmark
You can leave a response, or trackback from your own site.

Répondre