Nous avons testé la vente d’Or au Crédit Municipal. Verdict : prix moins compétitifs, procédure fastidieuse, règlement en espèces.

"Chez ma Tante" au 55 rue des francs-bourgeois à Paris

Il y a quelques semaines, un de nos administrateurs me signale que le Crédit Municipal – communément appelé « Chez ma tante » ou «mont-de-piété» – achète directement des objets en Or auprès des particuliers. Cette information me surprend, car, pour avoir déjà assisté à des ventes aux enchères de lots d’Or au Crédit Municipal de Paris (CMP), il s’agit d’un établissement public communal disposant uniquement du monopole du prêt sur gage, ce qui, en conséquence, ne l’autorise à revendre que des objets gagés dont le propriétaire n’est pas en mesure de rembourser l’avance qui lui a été consentie.

Nous en sommes restés là jusqu’à la parution la semaine dernière d’une étude de l’Institut National de la Consommation (INC), disponible ici, qui conclut, entre autres, que « Dans près de 97 % des cas, quel que soit le cours de l’or, les estimations proposées par les « professionnels » [de l’Or] étaient bien en dessous de celles préconisées par les experts [des Crédits municipaux], autrement dit les consommateurs n’en ont pas pour leur « Or ». »

En lisant dans le détail cette enquête, réalisée « en partenariat avec les Crédits municipaux », on apprend que, dans 150 boutiques de rachat d’Or (réparties sur 8 villes) testées pour un même lot de bijoux en Or, le prix moyen proposé se situait à 21 €/g, « contre 28 €/g pour le Crédit Municipal de Paris », soit, pour le commerce de l’Or, une offre tout de même inférieure de 25 % par rapport à Chez ma tante.inflatable rescue boats for sale

À la lecture de ce résultat, je m’interroge encore une fois sur l’impossibilité faite au Crédit Municipal d’offrir un prix d’achat, puisqu’il ne fait que prêter sur gage. De plus, comme à chaque fois qu’une étude ou un article paraît, il est toujours fait mention d’un prix de référence émis par le Crédit Municipal – dans cette enquête, il est précisé : « préalablement expertisé par des spécialistes qualifiés des Monts de piété » –, je ne fais ni une ni deux et décide de vérifier par moi-même.inflatable wet banana boat

Je sélectionne parmi nos objets achetés ce jour trois napoléons (pièces de monnaie frappées dans un alliage composé à 90 % d’Or) que j’entaille à l’aide d’une pince pour qu’ils perdent leur valeur numismatique et ne soient évalués que pour l’Or qu’ils contiennent. Je les pèse sur une balance agréée (19,3 grammes) et effectue une simulation de rachat sur notre site GoldbyGold.com.

Pesée des 3 napoléons

J’obtiens une valeur de rachat de 678,78 € net de frais, avant déduction des taxes.

Simulation du prix de rachat sur GoldbyGold.com

Je me rends Chez ma tante, au 55, rue des Francs-Bourgeois, dans le quartier parisien du Marais.

L’hôtesse d’accueil, nouveau client oblige, m’enregistre dans le fichier en scannant ma pièce d’identité ainsi qu’un justificatif de domicile, et me demande quel est mon statut marital. Quand je lui indique que je désire vendre trois napoléons, elle me répond que cela est possible, mais uniquement à l’issue d’une période de dépôt de 3 mois.inflatable rescue boats for sale Je me fais expliquer plus en détail la procédure et comprends qu’il faut que je demande un prêt sur gage sur au moins 3 mois avant de pouvoir vendre les objets, mais que je peux dès à présent donner ordre de les vendre à la première vente disponible au terme de ces 3 mois. Premier enseignement : la vente immédiate n’est donc pas permise, mais une vente à 3 mois avec une avance immédiate – le prêt sur gage –, l’est.

Je procède donc dans un premier temps au prêt sur gage. Muni de mon numéro, j’attends 15 minutes dans une salle bondée et en travaux avant d’être appelé à un guichet où je remets mes pièces afin qu’elles soient prisées. J’attends ensuite 45 minutes avant d’être convoqué à un autre guichet. Après avoir estimé les 3 napoléons en tant que « débris de pièces de monnaie » pour un poids de 19,3 grammes, la préposée me propose une avance de 300 €. Je lui réclame un montant plus élevé et elle m’accorde un complément de 60 €. J’obtiens donc 360 €, environ 50 % de la valeur de reprise par GoldbyGold.com. Je retourne dans la salle d’attente pour 20 minutes supplémentaires avant d’être appelé une troisième fois, cette fois-ci à la caisse. On me présente mon contrat de prêt sur objet de valeur, dont les conditions précisent une avance sur 12 mois au taux de 6,30 % (pour information, l’Euribor du jour, le taux de référence du marché monétaire, s’élève à 0,627 % à 1 an), auquel il faut ajouter un taux annuel de 3 % de frais. Soit un TEG (taux effectif global) de 9,30 %. Il est intéressant de noter que le taux annuel d’un crédit renouvelable, ou revolving, chez un acteur majeur du marché est, pour 1000 €, de 8 % sur 6 mois et de 12 % sur un an. On peut être légitimement surpris de constater que le Crédit Municipal de Paris, établissement public ayant pour mission de combattre l’usure, affiche à peu de chose près le même taux qu’un crédit revolving à la consommation alors qu’il a un gage, en l’occurrence de l’Or, d’une valeur double de l’avance faite, éliminant ainsi le moindre risque d’impayé !

Je signe le contrat et quelle n’est pas ma surprise en découvrant le moyen de paiement proposé : je reçois les 360 euros en espèces ! Il faut savoir que le règlement en espèces de la vente d’objets en métal précieux est interdit (voir ici). En fait, céder son Or au Crédit Municipal permet de contourner cette loi dans la légalité…

Une fois les billets en poche, je me dirige vers un nouveau service — quatrième guichet et attente —, celui des ventes. Je présente à la charmante dame mon contrat de prêt et lui indique vouloir vendre mes objets. Elle me confirme qu’elle ne peut les inscrire à une vente aux enchères du Crédit Municipal qu’au bout de trois mois de gage, mais que je peux dès à présent donner l’ordre, qui sera irrévocable, me précise-t-elle, de requérir l’Hôtel des ventes du Crédit Municipal de vendre par anticipation. Je lui demande quand je peux espérer encaisser le solde de la vente. J’apprends que la vente aux enchères aura lieu d’ici environ 4 mois et que j’obtiendrai mon règlement 15 jours plus tard.

Je m’enquiers des frais. Elle m’indique qu’ils s’élèvent à 11 % s’il n’y a pas de catalogue lors de la vente, et à 15 % s’il y en a un (c’est le cas pour les ventes de bijoux et de lots d’Or, voir exemple de catalogue disponible ici).

Voilà. Près de deux heures après être entré, je ressors avec une avance en espèces de 50 % de la valeur de l’Or déposé, et la certitude de récupérer le reste dans 4 mois.

Le reste ? Parlons-en. En supposant que le cours de l’Or ne varie pas, combien vais-je récupérer au final ?

Il faut d’abord estimer le prix des débris d’Or en vente aux enchères. Pour les avoir pratiquées, ce sont la plupart du temps des professionnels qui rachètent ces lots. En supposant qu’ils s’accordent une marge de 2 % par rapport au cours du marché, en sachant qu’ils doivent acquitter 14,19 % de frais auprès du commissaire-priseur, et en prenant en compte le cours de l’Or à Londres (42,32 € le gramme, ce jour), le prix de vente de notre lot (un alliage qui contient 90 % d’Or) s’élèverait à 618,17 €.

Voici le détail du calcul :

19,3 grammes x 90 % (pureté) = 17,37 grammes d’Or pur x 42,32 €/g (prix de l’Or à Londres) = 735,10 € – 2 % (marge du professionnel) – 14,19 % (frais acheteur) = 618,17 €

Comme les ventes de lots d’Or sont cataloguées, les frais à la charge de l’acheteur sont, par contrat, de 15 % du « montant de l’adjudication », soit :

618,17 € x 15 % = 92,73 €

À cela, l’acheteur se verra aussi déduire les intérêts et les frais de garde du prêt, soit 0,775 % par mois (le fameux TEG). Étant donné qu’il est stipulé dans les Conditions générales du prêt « tout mois commencé est dû en entier » et que la vente n’a lieu que 4 mois après le prêt, nous avons compté 5 mois d’intérêt et de frais de garde sur le montant prêté soit 13,95€:

360 € x 0,775 % x 5 = 13,95 €

Au final, en supposant qu’il n’y ait pas de frais accessoires, la vente des 3 napoléons rapporterait en net à son propriétaire la somme de 511,49 € :

618,17 € – 92,73 € – 13,95 € = 511,49 €

Un site spécialisé dans le rachat d’Or comme le nôtre en offre le même jour 678,78 € soit 33 % de plus.

Le graphique qui suit nous montre la ventilation de la valeur « brute » de l’Or des 3 napoléons, soit 735,10 € (qui encaisse quoi ?).

DISTRIBUTION DE LA VALEUR DE 3 NAPOLÉONS (qui encaisse quoi ?)


La morale de cette histoire est que les experts du Crédit Municipal, lorsqu’ils évaluent un bien, ne mentionnent pas qu’il faudra déduire en cas de vente, presque 30 % de frais (acheteur + vendeur) et près de 2 % d’intérêt et de frais de garde. Il faut donc comparer des choses comparables (surtout dans un test comparatif…), car le prix d’achat réel n’a rien à voir avec la valeur de l’expertise comme démontré plus haut. De plus, il faut s’interroger sur la destination des frais de vente (30 % du prix). Tombent-ils dans l’escarcelle du Crédit Municipal ou de celles des commissaires-priseurs ? Sur les 224 € de frais déduits au vendeur, seulement 6 % (les 14 € d’intérêts) viennent rémunérer la mission de service public de l’établissement.

En conclusion, le Crédit Municipal est un service précieux, simple, pratique et rapide pour l’activité de prêt sur gage (service public) mais par contre, n’est plus adapté lorsqu’il s’agit de vendre un objet en Or. A chacun son métier; le Crédit Municipal pour le prêt sur gage et le spécialiste de l’Or pour le rachat d’objets en Or. Pour conclure, l’avantage du Crédit Municipal pour vendre de l’Or, si vous avez le temps d’attendre quelques mois pour encaisser le solde de la vente, c’est d’être réglé en espèces, ce qui est interdit aux racheteurs spécialisés.

Patrick Schein
Président fondateur de Gold by Gold

  • Share/Bookmark
You can skip to the end and leave a response. Pinging is currently not allowed.

Répondre